10 décembre 2005

Genêts d'ors et déjà, Madame...

Je n’ai de vos jours aucune idée, je l’avoue. Je n’ai de vos nuits que l’émoi de premières lettres. Je n’ai de vos saisons que du rouge et du jaune. J’ai sur vos couleurs misé bleu, mais c’est ouvert. Je n’ai de vos joies que le vin à coltiner. Je n’ai de vos chagrins que la honte des miens. J’ai de vos mélodies une envie d’insomnie. Je n’ai de vos détresses que l’envie de tuer. J’ai de vos mélancolies tout le vague à l’âme. Je n’ai de vos douleurs que le cri en sursis. J’ai de votre tétanie les sursauts statiques. ... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 03:20 - Commentaires [22] - Permalien [#]

17 novembre 2005

Orangé par les vers

Le soleil en déclin s’étant tu un moment, il se promenait à l’air absent de degré.Les cailloux du chemin suivirent le faux-fuyant, lui le sentier, d’herbe humide et grasse en rocher.Voir son parchemin devant l’ayant dérouté, il voulait crayonner et offrir une page blanche, Gravir l’esprit hésitant, le pas assuré, et en profiter pour griffonner sous les branches.Les conifères étant privés de tronc, il fallait se baisser et glisser en tapis de feuilles.Comme un amas de biscuits trempés, la moquette automnale avait perdu de son... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 00:27 - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 novembre 2005

Comment je suis devenu stupide

Moi aussi j’suis un rebelle. Moi non plus je n’aime pas les chaînons de tintouins imposés, mais j’aime recycler mes expressions. Mon besoin de rébellion est de l’ordre du paroxysmique, du paroxystique, du paroxysmale - c’est comme tu veux – tellement la plupart du temps, j’éprouve même du malaise à me conformer à la masse, paradoxalement aussi ignoble, de tous ceux qui comme moi, ne veulent pas se confondre avec le plus grand nombre. Cela me pousse parfois à agir apparemment comme tout le monde, en y apportant mes inflexions... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 08:13 - Commentaires [11] - Permalien [#]
31 octobre 2005

Môme à l'amer

A cette époque je n'écoutais qu'à peine le flip-flop des ondules. Certaines questions ne trouveront toujours que d'autres questions en réponse.Mais on peut remplacer toujours par jamais en pensant que c'est une solution.Ma grande frustration est de ne pas savoir chanter,Quand je gratte les vieux nylons de la, fa, do, sol.Ajoute si et ré, je vois Des visages des figures.Je tente un murmure, mais mes mots s'en mêlent.De ceux de Cantat, il ne reste plus grand chose,Et j'écorche tout à la fois, la chanson et moi...Si je savais chanter,... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 03:21 - Commentaires [21] - Permalien [#]
25 octobre 2005

Pochette surprise

Je te fais pas l'affront de te dire que si tu cliques, tu l'as en grand la photo... ah ben si.Alors, il s'agit d'un grand jeu con... cours, Forest, cours !Celle ou celui qui me dit à quelle illustre pochette, d'un tout aussi glorieux album, d'un non moins mythique groupe qu'absolument tout le monde connaît... à quelle pochette donc, celle-ci fait référence en un hommage non dissimulé... celle ou celui qui me le dit, donc, gagnera le droit d'écouter ce qu'il y a dedans, voilà.Et puis ben du coup, les autres également.Oui mais alors si... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 03:32 - Commentaires [20] - Permalien [#]
20 octobre 2005

Ne dis pas fontaine.

Tu y plonges avec un plaisir interrogateur, l’entrée en matière est fluide, l’imprégnation propice, l’éclaboussure limpide.Tu y replonges avec un désir inquisiteur, les remous sont enthousiasmants, les vagues délicieuses, les ressacs véhéments.Tu y re-replonges pour tenter de toucher le fond, tu restes en apnée, tu laisses flotter.Tu enchaînes les langueurs, tu bois et rebois la tasse, l’alcool est oxygéné, tu respires. Tu te jettes à l’eau sans chlore, sans mycose, sans mi dissonant, pour cause. Tu t’y mets à nu et tu en tombes, avec... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 05:21 - Commentaires [8] - Permalien [#]

18 octobre 2005

Post à deux balles (par personne, c'est pour faire un cadeau)

Tu me diras pas quand même que le hasard ne propose pas de ces coïncidences parfois.Je dis ça, c'est pour rebondir un peu sur la note précédente. Djboïng ! Non parce qu'il y a un an jour pour jour, j'ouvrais cet espace. C'est l'un de mes illustres confrères qui me l'a fait remarquer il y a quelques minutes (heures ?!! oh mon dieu !), alors que nous tentions de communiquer pour la première fois (c'est toujours difficile la première fois, mais ça va, j'ai pas eu mal) via un système de messagerie instantanée. Il dort peut-être... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 05:40 - Commentaires [24] - Permalien [#]
15 octobre 2005

Sur les berges visqueuses, je raque.

Si j’avais su l’émotion qui se tramait à l’intérieur, je ne sais pas si je m’y serais précipité ou si j’aurais préféré déguerpir. Mais je ne savais pas, alors je ne saurai jamais.J’y suis entré les yeux sur mes godasses, le nez dans de ternes pensées, et une lèvre pâle entre les dents. Je me suis assis à une table encore chaude, la banquette semblait pourtant imiter le charnu de chairs glaciales. Mes doigts ont façonné machinalement la tige en attendant l’achèvement du processus sous pression, un café ou un demi je ne sais plus, mais... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 06:39 - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 octobre 2005

Burp !

Vous savez que "Goudale" vient en fait de "Good Ale" (Bonne bière (blonde)) ?Marrant, non ? (Funny, isn't it?)J'ai chaud.Je tremble.J'ai des frissons.Je crois que j'ai choppé la grippe à bière. Je me demande bien comment.
Posté par immixtion à 02:50 - Commentaires [10] - Permalien [#]
11 octobre 2005

Va voir ailleurs si j'y suis...

Je pourrais bien vous raconter qu'elle est rentrée la nuit dernière de quatres jours passés en Pologne, et qu'après une frugale collation elle a tenu à vérifier le bon fonctionnement de ma tuyauterie. Que je me demande si elle n'aurait pas rencontré là-bas un jeune et beau plombier compétent, car l'analyse a été poussée et minutieuse.Je pourrais aussi vous raconter qu'aujourd'hui nous étions tous les deux à la maison, et qu'après notre déjeuner, alors que mini-nous pionçait comme un bébé, et avant que je n'ai eu le temps de lui... [Lire la suite]
Posté par immixtion à 01:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]